Article traduit du numéro de mai/juin 1986 du Bethel Ministries Newsletter

Ce que signifie être né de nouveau

par Randall Watters

Nicodème, un Pharisien, vint de nuit vers Jésus pour lui parler. On trouve ce récit dans le troisième chapitre de l’évangile selon Jean. Nicodème commença par dire que lui et les autres Pharisiens savaient que Jésus venait de Dieu, car aucun homme ne pouvait faire ce qu’il faisait sans que cela vienne de Dieu. Mais alors, pourquoi Nicodème est-il venu de nuit, cherchant ainsi à ne pas se faire remarquer ? Peut-être avait-il peur de ne plus être considéré comme un enseignant sensé connaître la Parole de Dieu, puisqu’il venait chercher l’instruction auprès d’un homme du commun peuple. Jésus vit le vide, et peut-être de l’orgueil, dans le cœur de Nicodème, et lui dit : " Si un homme ne naît de nouveau il ne peut voir le royaume de Dieu. " (verset 3)* La réponse de Nicodème montra qu’il manquait de discernement ; il dit : " Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? " Jésus répondit et développa ce qu’il avait dit, ajoutant un élément de mystère à ce dont il venait de parler et disant qu’il fallait naître d’eau et d’Esprit, et que l’opération de l’Esprit n’était pas intelligible pour l’homme naturel (v. 5-8).

Quel fut l’effet de cette conversation sur Nicodème ? Les Écritures ne le disent pas, mais cela n’est pas difficile à imaginer. Espérant se voir révéler quelque vérité profonde ou quelque secret, il reçut à la place un reproche pour son manque d’intelligence spirituelle ainsi qu’un message sur le fait d’être " né de nouveau ", message qu’il ne comprit apparemment pas après l’avoir reçu.

Avant l’effusion de l’Esprit à la Pentecôte, les disciples de Jésus connurent eux aussi ce genre de problème. Ils furent tout bonnement incapables de comprendre les paroles profondes de Jésus, jusqu’à ce que l’Esprit leur en révèle le sens (Luc 24:25 ; Mat. 16:17). Le problème ne venait pas d’un manque de connaissance de la Parole de Dieu ; il venait plutôt de ce qu’ils étaient incapables par nature de comprendre la pensée de l’Esprit (1 Cor. 2:11). Ils interprétaient de travers les paroles de Jésus, et celles-ci les faisaient trébucher (Mat. 16:6-11, 23 ; Jean 6:60-65). Ce n’est qu’après la Pentecôte et l’effusion de l’Esprit que les paroles et les prophéties de Jésus devinrent claires pour eux (Actes 2:14-36).

Paul explique cela très clairement dans le deuxième chapitre de la Première lettre aux Corinthiens. Il dit au verset 6 qu’il existe une certaine sagesse qui est cachée pour ceux qui ne sont pas régénérés (ceux qui ne sont pas nés de nouveau). Il parle de cette sagesse aux versets 10-14, disant :

" Or, Dieu nous [a] révélé [cette sagesse] par son Esprit ; l’Esprit, en effet, scrute tout, même les pensées les plus intimes de Dieu. Qui peut savoir ce qui se passe dans un homme, si ce n’est l’esprit de cet homme ? De même, nul ne peut connaître ce qui est en Dieu si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous avons reçu, non l’esprit du monde, mais l’Esprit même qui vient de Dieu pour que nous comprenions tous les bienfaits que Dieu nous a accordés. Et nous en parlons, non avec les termes qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit. Ainsi nous exposons les réalités spirituelles dans des termes inspirés par l’Esprit. Mais l’homme réduit à ses seules forces ne reçoit pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu ; à ses yeux, c’est ‘ pure folie ’et il est incapable de le comprendre, car seul l’Esprit de Dieu permet d’en juger. " — La Bible du Semeur.

Paul nous permet ainsi de mieux comprendre ce qu’est la nouvelle naissance, ce que signifie être né de nouveau. Il donne à entendre que l’Esprit possède sa propre pensée, que l’homme naturel ne peut comprendre, quelle que soit son intelligence. En fait, Jésus avait dit que les choses de Dieu seraient révélées aux personnes les plus humbles qui soient plutôt qu’aux sages (Mat. 11:25). Ce n’est que si l’Esprit demeure en vous et agit sur votre propre esprit que vous pouvez connaître la pensée de l’Esprit. Paul dit que ceux de l’extérieur considéreraient cela comme pure folie.

Dans sa lettre aux Éphésiens, Paul montre en d’autres termes que cette nouvelle nature et la présence de l’Esprit en nous sont bien réelles. Il dit que les croyants ont été " scellés du Saint-Esprit qui avait été promis et qui constitue le gage de notre héritage " (Éph. 1:13, 14). Paul sollicite Dieu pour que les Éphésiens soient " puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur ; [afin] que le Christ habite dans vos cœurs par la foi " (Éph. 3:16-19). Il encourage les croyants à " [se] dépouiller […] de la vieille nature […] et [à] revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité " (Éph. 4:22-24).

Dans sa lettre aux Colossiens, Paul dit qu’ils ont " dépouillé la vieille nature avec ses pratiques et revêtu la nature nouvelle qui se renouvelle en vue d’une pleine connaissance selon l’image de celui qui l’a créée " (Col. 3:9, 10).

Comment accepte-t-on Christ et reçoit-on
le Saint Esprit ?

Il serait facile de conseiller une personne et de lui dire comment on naît de nouveau s’il y avait une marche à suivre pour recevoir cette nouvelle naissance. L’homme, cependant, est incapable de démarrer ce processus ; c’est Dieu qui doit le faire. Un homme ne peut que prier et demander le pardon et la régénération à Dieu, qui répond, non par obligation, mais par miséricorde. Toutefois, il est primordial de reconnaître notre impuissance et notre besoin de recevoir Christ dans cette vie pour que Dieu agisse en nous et nous régénère.

Nous implorons Dieu pour qu’il nous aide, et il répond en nous donnant une conscience aiguisée de notre état de pécheur envers lui. Il est absolument nécessaire que nous reconnaissions la gravité de nos péchés personnels, ce que seul l’Esprit peut nous révéler ; l’homme naturel, en effet, n’a qu’une vue déformée du péché. L’Esprit nous révèle cela, nous demandons pardon, puis il retire ce fardeau de notre dos et remplace le vide de notre âme par sa présence.

J. I. Parker, dans son essai sur la " Régénération " dans le Dictionnaire Évangélique de Théologie (angl.) commente ainsi cette œuvre de Dieu :

" Les enfants ne provoquent pas et ne travaillent pas à leur propre procréation ni à leur naissance ; ceux qui sont ‘ morts dans leurs transgressions et leurs péchés ’ ne peuvent pas non plus provoquer l’action vivifiante de l’Esprit de Dieu en eux (voir Éph. 2:1-10). La revivification spirituelle, action mystérieuse pour les hommes, résulte du libre exercice de la puissance divine (Jean 3:8). Elle n’est pas explicable en termes de concours ou de culture des ressources humaines existantes (Jean 3:6), elle n’est pas causée ou provoquée par des efforts ou des mérites humains (Jean 1:12-13 ; Tite 3:3-7), et elle ne doit donc pas être comparée ou attribuée à l’une quelconque des expériences, des décisions ou des actes qu’elle suscite, et par lequel on peut savoir qu’elle s’est produite. " (page 925)

Certains pourraient parler du rôle joué par la volonté et de la manière dont celle-ci cadre avec la régénération, mais nous pouvons au moins dire qu’elle ne résulte pas de nos œuvres ou de nos efforts.

Comment l’Esprit agit

Il est utile de lire les paroles de Jésus contenues dans le quatorzième chapitre de l’évangile de Jean pour comprendre comment l’Esprit agit dans le croyant. Jésus commence par aider les disciples à croire ce qui est juste à son sujet, puis il leur révèle une partie du mystère constitué par le fait que le Père, le Fils et le Saint Esprit demeurent en eux :

Verset 1 : Il commence par dire qu’il ne faut pas seulement croire dans le Yahvé de l’Ancien Testament, mais qu’il faut croire en lui.

Versets 2 et 3 : Il nous donne l’espérance de vivre un jour avec lui, espérance que les chrétiens devraient cultiver. Si vous lisez les récits concernant Jésus ainsi que ce qu’il a fait pour nous, et si vous en arrivez à vraiment l’aimer, il y a sûrement quelque chose qui ne va pas si vous ne voulez pas être avec lui pour l’éternité !

Versets 6 et 7 : Il faut voir en Jésus l’unique chemin menant à Dieu, l’unique source de vérité et le seul à nous garantir la vie éternelle. Il faut le considérer comme l’image parfaite et complète du Père (Jean 1:1 ; Col. 2:9 ; Héb. 1:3), et non comme une créature de nature inférieure.

Versets 9 à 11 : Jésus et le Père sont un, et chacun d’eux connaît pleinement et intimement l’autre. En plus de sa divinité, le Fils a revêtu la nature humaine, permettant ainsi au Père de travailler et de parler au travers de cette nature humaine.

Versets 13 à 16a : Tout ce que nous pouvons recevoir est accompli par le nom et l’autorité de Jésus. Nous ne pouvons pas le gagner ni y travailler.

Versets 16b et 17 : Le Père envoie ensuite l’Esprit en tant que personne, afin qu’il demeure en nous, qu’il parle à la place de Jésus et qu’il marche avec nous. Jésus dit que les non-chrétiens ne peuvent concevoir le fait que l’Esprit demeure en nous, bien que parfois ils puissent croire en une contrefaçon, une " force "ou énergie qu’ils appellent l’" esprit ".

Verset 20 : Les croyants en viennent bientôt à connaître (dans un sens personnel) la communion du Père, du Fils et du Saint Esprit dans l’homme nouveau (ou nouvelle nature). On peut ne pas prendre conscience de cette condition surnaturelle après avoir demandé à Christ de venir dans notre vie, étant donné qu’il ne s’agit pas d’une expérience confirmée par nos cinq sens ; mais notre esprit en prend conscience par lui-même (un peu comme si l’on gagnait un sens nouveau ou si l’on faisait une expérience nouvelle : du fait que l’on n’y est pas habitué, il faut du temps pour en prendre conscience).

Versets 21 à 23 : Celui qui cherche alors à suivre Christ lui démontre son amour, puis le Père et le Fils l’aiment et lui en révèlent plus sur Jésus. Le Père et le Fils (ainsi que l’Esprit — verset 17) vivent maintenant en nous. C’est notre obéissance à ce qui nous a été montré qui déterminera l’étendue de cette révélation.

Verset 26 : L’Esprit Saint, qui demeure maintenant en nous, nous enseignera toutes ces choses et nous aidera à comprendre des textes bibliques que nous avions lus plusieurs fois auparavant, mais sans jamais les saisir vraiment.

Verset 27 : Le croyant reçoit maintenant une paix d’une espèce nouvelle, véritable, profonde et qui ne le quittera pas. Il ne s’agit pas d’une paix telle que l’entend le monde en général, comme celle qui découle de la possession de biens matériels, ou de la sécurité et de la réussite dans le mariage. Elle n’empêche pas non plus de souffrir des difficultés habituelles. Il s’agit plutôt de prendre conscience que quelqu’un est toujours là pour marcher à nos côtés et désire nous aider. La présence de l’Esprit nous réconforte en nous montrant que Dieu prend toujours soin de nous, peu importe ce qui peut se passer.

Nous savons que Jésus est mort pour nos péchés. Il fallait que ceux-ci soient pardonnés, mais également que Dieu travaille à nos côtés à partir du moment de notre salut. C’est ce qu’on appelle la sanctification. Dieu ne veut pas seulement nous racheter et nous justifier devant lui (ce qu’on appelle la justification), mais aussi nous bâtir comme un organisme vivant à sa louange. Cependant, comme nous sommes totalement incapables d’y parvenir dans notre chair, Dieu doit nous faire mourir quant à celle-ci. Nous comprenons rapidement que notre chair — l’homme naturel — est malheureusement incapable de faire quoi que ce soit qui ait une valeur réelle aux yeux de Dieu. Par conséquent, ce dernier crée en nous une nouvelle nature — l’homme nouveau. La personne de l’Esprit se joint à cette nouvelle personne. Nous sommes, en effet, " possédés " par l’Esprit de Dieu, qui nous donne une vie et une puissance nouvelles. Voilà ce que signifie être né de nouveau. Une personne née de nouveau réalise rapidement qu’elle est possédée par l’Esprit de Christ et qu’elle possède elle-même une nature nouvelle, laquelle pense et réagit très différemment de l’ancienne personnalité habituelle. Bien sûr, l’ancienne personne ne disparaît pas, ce qui fait que certaines personnes pensent que les chrétiens sont soit schizophrènes, soit hypocrites, car on peut voir tôt ou tard les deux natures à l’œuvre dans la même personne !

Lorsque nous étions du monde, nous n’avions qu’une seule nature, une seule personnalité. Maintenant, nous combattons avec deux natures et deux personnalités, avec la possibilité de choisir avec laquelle des deux nous voulons marcher, que ce soit l’ancienne ou la nouvelle. Choisir l’ancienne conduit à la mort spirituelle, tandis que choisir l’Esprit conduit à la vie et à la paix, même si les circonstances nous sont défavorables. Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul révèle qu’il faut considérer comme morte l’" ancienne nature " afin de pouvoir marcher dans la vie de l’Esprit (Rom. 6:4). Pour l’ancienne nature, la " mort " signifie ne plus être esclave du péché et être libéré de son pouvoir (6:6-14). Paul dit que l’homme nouveau ne sert pas Dieu en suivant des règles, mais par l’esprit qui est en lui, lequel est joint à l’Esprit de Dieu. Seul cet Esprit, qui réside en nous, peut nous donner la force de " marcher dans l’Esprit " (7:6). Mais il y a toujours de nouvelles batailles à mener quand la chair se lève de son état comparable à la mort et relève son horrible tête (7:14-25).

Même au milieu de ces batailles, cependant, le chrétien ne se sent ni coupable ni condamné, car il est libéré de tout le processus " légal " du péché et de la culpabilité (Rom. 8:1, 2). Il s’agit simplement de tenir notre esprit loin de la chair et de penser par l’Esprit, d’avoir des pensées spirituelles et de permettre à notre cœur de nous tirer vers les choses de l’Esprit. C’est là, selon Paul, l’unique moyen de vaincre la chair, car en tant qu’humains déchus, nous n’avons pas le pouvoir de l’empêcher de nous influencer, et il nous faut avoir recours à l’Esprit immédiatement (Rom. 8:13 ; Gal. 5:16). Il nous faut rechercher cette communion avec l’Esprit qui réside en nous. Nous avons été adoptés dans la famille de Dieu par grâce, et nous ne perdrons pas notre position de membre de la famille en désobéissant, pas plus que des parents aimants ne renieront leur enfant désobéissant (ils le disciplineront plutôt !). Au lieu de nous plonger jusqu’au cou dans la culpabilité et la condamnation, comme une sorte de pénitence pour notre péché, il nous faut revenir rapidement à la communion avec l’Esprit de Christ, lui laissant le soin de nous justifier (Rom. 8:15-17).

Étant donné que l’Esprit vit en nous, il peut intercéder pour nous auprès du Père lorsque nous ne savons pas quoi dire à Dieu. C’est ce qui arrive généralement pendant les épreuves, quand nous ne savons pas ce qui nous arrive et que nous nous sentons comme pris dans un étau, sans espoir de solution (Rom. 8:26, 27). Nous pouvons nous en réjouir, car si Dieu nous aime au point de vivre en nous et par nous d’une si merveilleuse manière, il fera que nos bonnes décisions et nos erreurs nous seront aussi utiles les unes que les autres, mais sans forcément supprimer les conséquences de nos péchés (Rom. 8:28 ; Gal. 6:7). Quel merveilleux sentiment de sécurité ! Personne ne peut nous condamner au jugement éternel, ni même nous séparer de l’amour de Dieu, qui est en Christ Jésus notre Seigneur (Rom. 8:35-39) ! Il est toujours présent avec le croyant, de même que le Père et l’Esprit (Jean 14:17, 23).

Obstacles pour les Témoins de Jéhovah
qui désirent naître de nouveau

La crainte…

…de tomber dans l’idolâtrie en élevant Jésus au même rang que le Père. " Jésus n’est-il pas une créature ? " " Comment puis-je adorer un ange ou lui parler ? " " Comment puis-je demander à quelqu’un de venir dans mon cœur ? " " Est-ce que je veux être possédé par un démon se faisant passer pour Jésus ? "

…que ceux qui sont " nés de nouveau " ne soient possédés par les démons. Certains croyants montrent assez facilement leur bonheur et leur joie, ou ont un zèle très démonstratif, ce qui est totalement étranger à la mentalité des Témoins. Ceux-ci attribueront parfois une telle joie ou ce zèle aux " démons ".

…que ce ne soit qu’une immense supercherie et d’être déçus. " Et si je m’engage dans une autre religion qui se révèle être fausse par la suite, je serai vraiment dans le pétrin ! "

La confusion…

…sur ce que signifie être né de nouveau. " Est-ce une expérience émotionnelle ? " " Est-ce une farce grotesque ? " " Est-ce seulement pour 144 000 personnes ? " " Ne suis-je pas présomptueux de désirer cela ? " " Est-ce un niveau d’intelligence de la Bible que l’on atteint plus tard ? "

…quant à la raison pour laquelle ceux qui disent être nés de nouveau croient parfois différemment. Il est un fait que ceux qui disent être nés de nouveau ne sont pas toujours d’accord et discutent même certaines doctrines. " Comment Dieu peut-il être avec eux tous ? " " Est-ce lui qui est à l’origine de cette confusion ? " " Ne veut-il pas que tous croient les mêmes choses ? "

De mauvaises informations…

…à propos de l’identité du Saint Esprit. " La Société Watchtower dit que l’Esprit n’est qu’une force, l’énergie de Dieu. Est-ce que je demande à recevoir une énergie ? Et si je demande l’Esprit et que je reçois un démon ? "

…au sujet de ce que l’Esprit accomplit. " Que fera-t-il pour moi ? " " Est-ce que je perdrais mon désir de vivre sur la terre ? " " Qu’en est-il si je ne veux pas aller au ciel ? " " Est-ce qu’il me fera accomplir certaines choses contre mon gré ? " " Aurai-je encore ma propre volonté ? "

La volonté…

…de vouloir garder un contrôle total de sa vie sans aucune incertitude. " Je ne peux pas faire face à des situations où je ne contrôle pas tout. "

…de vouloir à tout prix tout savoir avant de ‘ sauter le pas ’. " Je ne peux pas prendre une décision comme celle-là sans tout savoir à ce sujet. Comment peut-on penser que je vais agir aveuglément ? "

Voici les excuses invoquées parfois par certains pour éviter de demander à Dieu de leur donner la nouvelle naissance. Ne sont-elles pas absurdes ? J’ai dû un jour faire face à tous ces obstacles, et je pensais que j’allais claquer ! Mais je savais que Jésus avait dit :

" Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger. "

Comment la Société Watchtower
considère le fait d’être né de nouveau

Selon La Tour de Garde du 1er février 1982 (pages 8 à 12), il y a six conditions essentielles qu’une personne doit remplir avant de naître de nouveau. Premièrement, disent les Témoins, il faut acquérir la " connaissance exacte ", traduction incorrecte de Jean 17:3, qui parle en fait de connaître Dieu dans un sens personnel et intime, comme par exemple un mari connaît sa femme. Au lieu de cela, ils ont retraduit le verset pour indiquer une connaissance acquise par l’étude.

La deuxième condition est d’" exercer la foi ", ce qu’ils expliquent par la croyance accompagnée d’œuvres. La troisième est la repentance des œuvres mauvaises, et la quatrième est la conversion. Leur interprétation est qu’il faut avoir " des œuvres qui conviennent à la repentance ". La cinquième condition est l’acte de se vouer à Jéhovah, ce qui implique — selon La Tour de Garde du 1er juin 1985 (page 30) — qu’il faut se vouer à la Société Watchtower. En fait, l’une des deux questions posées aux candidats au baptême concerne l’organisation. La sixième condition est le baptême, le signe extérieur.

Selon la Société Watchtower, cependant, le fait de remplir ces six conditions ne garantit pas que vous naîtrez de nouveau. Cela fait simplement de vous un candidat à la nouvelle naissance. Le hic est que seuls 144 000 humains peuvent naître de nouveau et être " déclarées justes " ! (Le fait d’être déclarés justes les place à un niveau différent par rapport au reste des Témoins.) Étant donné que ce nombre de 144 000 est sensé avoir été atteint en 1935, la plupart de ceux qui sont aujourd’hui dans l’organisation ne sont pas " nés de nouveau ". (Ils disent qu’il ne reste qu’environ 8 800 de ces " oints ".)

Il est expliqué que ces six conditions constituent en fait la part de l’homme dans le salut, et que la part de Dieu consiste uniquement à lui donner une " espérance céleste " et à le déclarer juste. Il n’est pas question de l’Esprit demeurant dans le croyant et agissant en tant que Consolateur ou enseignant (Jean 14:16, 17, 26, 27 ; 1 Jean 2:27), ni du fait que le Père et le Fils vivent en lui (Jean 14:23).

Pourtant, le fait d’avoir l’espérance de vivre au ciel ne signifie pas que vous êtes un chrétien né de nouveau. Beaucoup de personnes appartenant à des sectes, dont certaines ne sont même pas chrétiennes, croient fermement qu’elles iront au ciel et régneront en tant qu’êtres supérieurs. Dire que seulement 144 000 personnes naissent de nouveau est un blasphème évident, sachant que Jésus a dit : " Vous devez tous naître de nouveau ", et " personne ne peut voir le Royaume de Dieu s’il ne naît pas de nouveau " (Jean 3:3, 5, 7, La Bible en français courant). Paul dit que Christ est le médiateur entre Dieu et les hommes, et qu’il est mort pour tous les hommes (1 Tim. 2:3-6). Il n’y a pas de classes différentes en Christ (l’une " ointe " et l’autre non — Gal. 3:26-29), il n’y a pas non plus deux " espérances " différentes (Éph. 4:4, 5), et " tous ceux qui croient " sont déclarés justes, " car il n’y a pas de distinctions : tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce […] " (Rom. 3:22-24). Plutôt prêter attention à la Parole de Dieu qu’à ce que dit la Société Watchtower !

Les six conditions données par la Société ne sont pas fondamentalement différentes de ce qui est requis pour appartenir à n’importe quelle religion d’origine humaine. Fondamentalement, ils soutiennent qu’il faut : 1) apprendre leurs doctrines ; 2) reconnaître que nos pensées et nos actions sont mauvaises ; 3) travailler à " redresser " ce qui est mauvais, et, 4) dire publiquement ce que l’on a fait. Il n’y a rien de surnaturel là-dedans. Plutôt que de recevoir le Consolateur (le Saint Esprit) comme une Personne qui demeure dans le croyant, le console et l’enseigne au delà de toutes ses capacités de compréhension ou de ses aptitudes, les Témoins se contentent de modifier leurs schémas mentaux et de changer leur mode de vie. Ceci peut faire très bon effet et la récompense est immédiate ; il ne s’agit cependant pas de l’œuvre de Dieu, mais de celle des hommes. Beaucoup d’organisations, y compris des groupes non religieux, sont tout aussi capables de changer radicalement le mode de vie de leurs adhérents. Il suffit d’avoir quelques règles et une certaine motivation !

De manière tout-à-fait prévisible, ces conditions ressemblent à ce que l’on pourrait s’attendre de la part des Pharisiens, et non de Christ. Parlant aux Pharisiens, Jésus dit :

" Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie. " — Jean 5:39, 40.

Les Pharisiens croyaient en l’étude et dans l’obéissance à la Loi. Cependant, Jésus a dit que ce n’était pas suffisant. Ils devaient venir à Lui en tant que donateur de la vie et reconnaître qu’ils dépendaient entièrement de sa miséricorde s’ils voulaient recevoir une once de salut.

Par contraste, La Tour de Garde du 15 janvier 1985 dit à propos des Témoins de Jéhovah (page 16) : " En suivant cette formation avec gratitude, [ils] s’attachent à façonner leur personnalité à l’image de Dieu. " On lit aussi dans le numéro du 1er février 1985, page 5 : " Le Créateur a d’ailleurs veillé à ce que la ‘ bonne nouvelle du royaume ’ soit proclamée pour que chacun soit en mesure de travailler à son salut. "

Le Christianisme, pourtant, n’est pas une religion régie par des règles, et les motivations du croyant viennent du Saint Esprit qui demeure en lui plutôt que par une sorte d’auto-motivation ou encore de l’espérance de vivre pour toujours sur la terre. Selon la Bible, l’homme est incapable de changer son cœur ou ses motivations, et Dieu doit créer une nouvelle personne en vous, laquelle se joint au Saint Esprit, tandis que l’ancienne personne doit mourir, et non pas être réformée par la pratique d’œuvres bonnes. Le chrétien est en fait incapable d’avoir de bonnes motivations indépendamment de Dieu (2 Cor. 3:5). Nous sommes incapables de venir à Dieu par notre propre " énergie " (Jean 6:44).

Comme le Saint Esprit se met à travailler dans le chrétien né de nouveau, il doit le montrer par de bonnes œuvres. Quand des Témoins citent Philippiens 2:12, où Paul dit de ‘ travailler à notre salut avec crainte et tremblement ’, ils omettent généralement de lire le verset suivant, qui dit : " Car c’est Dieu qui opère en vous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant. " Ce n’est que par l’Esprit de Christ demeurant en nous que nous pouvons effectuer de bonnes œuvres. C’est Christ, qui est en nous, qui travaille à notre salut du début à la fin !

Conseils pour ceux qui quittent la
Société Watchtower

Le plus gros problème auquel doit faire face un Témoin en quittant la Watchtower est la crainte d’être un " apostat " pour être partis de l’" organisation de Dieu ".

La crainte d’être un apostat

S’il peut être démontré que la Watchtower est une fausse religion (une habile contrefaçon du Christianisme), alors être un " apostat " par rapport à elle n’est pas pire que de quitter la secte Moon ou les Mormons. Dans ce sens, l’" apostasie " n’est négative que si la personne tourne délibérément le dos à Christ. Dans de nombreux cas, cependant, la personne s’efforce d’être plus proche de Christ et ne s’en éloigne pas. Elle ne s’‘ aventure pas au-delà de ce que Christ a enseigné ’ (2 Jean 9, Kuen), mais recherche plutôt l’enseignement de Christ. Or, Jésus a dit qu’il ne se détournerait pas des petits qui viendraient à lui (Mat. 11:28-30 ; 19:14).

La crainte de perdre tous ses amis

L’un des plus gros obstacles est la crainte de perdre ses amis. Il est douloureux de perdre de proches amis que vous aimez énormément. La plupart des Témoins cesseront toute relation avec leur ami qui a quitté leur religion et ne lui parleront plus jamais. Dans un tel cas, la Bible donne un excellent conseil en Marc 10:29, 30. Ces paroles de Jésus devraient être examinées soigneusement et être l’objet de prières continuelles. Il donnera à ces personnes la force d’endurer cette épreuve, peu de gens étant capables de le faire par leurs propres forces.

La crainte de mourir à Harmaguédon

Si on peut démontrer que la manière dont les Témoins conçoivent Harmaguédon et le jugement de Dieu est erronée, la crainte de mourir à Harmaguédon sera éliminée. Au lieu de cela, la personne en viendra à espérer la seconde venue de Jésus, lorsque Christ prendra les chrétiens pour qu’ils soient avec lui éternellement. Elle devra faire des recherches qui l’aideront à comprendre ce que dit la Bible à propos du jour du jugement de Dieu et du salut en Christ.

La perte de la foi en Dieu due à la perte
de la foi en l’organisation

La personne doit en arriver à comprendre que Dieu n’œuvre pas au travers d’organisations humaines, mais traite avec les gens individuellement (et avec amour). Bien qu’il existe un " corps de Christ " sur la terre, nous n’avons pas foi en ce corps, mais en Christ lui-même. Le corps de Christ (l’Église) sera toujours pris dans des problèmes, et n’a pas été fait pour être l’objet de notre admiration ou pour qu’on se confie en lui. Il est plutôt le moyen par lequel nous pouvons servir autrui et travailler ensemble dans l’amour. La personne doit apprendre ce que signifie avoir une relation avec Dieu plutôt qu’avec une organisation. Elle doit bien comprendre qu’il est possible de perdre la foi dans nos compagnons chrétiens ou en l’Église locale sans pour autant perdre la foi en Christ.

La confusion à propos de la doctrine

Jusque là, le Témoin ou l’ex-Témoin a placé sa confiance dans les écrits de la Watchtower, qu’il considérait comme la vérité. Les autres écrits, y compris ceux des biblistes éminents, sont méprisés parce qu’ils ne viennent pas de l’organisation. (Ce qui n’empêche pas que ces ouvrages sont cités si cela est conforme au but recherché par la Société !) La personne doit apprendre ce qu’est une véritable étude de la Bible, et aussi comment aller dans des bibliothèques pour effectuer de véritables recherches. Au début, cela sera un peu déconcertant, car les questions bibliques se révéleront rapidement être beaucoup plus complexes qu’auparavant. Tandis qu’elle a pu assimiler tout l’enseignement de la Watchtower en deux ans, elle réalise maintenant qu’il lui faudra peut-être plusieurs années simplement pour que certaines choses deviennent claires dans son esprit. Il y a beaucoup plus à savoir que ne lui avait révélé la Watchtower ! Elle doit maintenant bien comprendre qu’elle peut avoir depuis le début une relation salvatrice et pleine d’amour avec Christ. À mesure que le temps passe, le Saint Esprit lui accordera de la sagesse dans l’intelligence des choses profondes de Dieu (1 Jean 2 :27).

Il faudra monter à la personne que les biblistes peuvent parfois se tromper ou présenter certains faits sous un faux jour. On peut largement éviter d’être trompé par des renseignements erronés en étudiant plusieurs sources, de préférence des ouvrages de personnes ayant une bonne réputation dans leur domaine. Les études faites par des spécialistes des langues bibliques, de l’histoire biblique, de l’exégèse, etc., seront particulièrement utiles. La Société Watchtower ne compte aucun membre réputé dans ces domaines-là, et il n’y a au Collège central personne qui ait reçu une formation formelle dans les langues de la Bible. Ils ont la fâcheuse habitude de contourner les 99 % de preuves qui sont contre eux et de scruter partout pour trouver le 1 % qui va dans leur sens. Il faudra que la personne comprenne qu’il vaut mieux se demander ce que la Bible enseigne vraiment avant de vouloir la comprendre. Il est dangereux d’essayer de faire dire à la Bible ce que nous voulons qu’elle dise parce que cela serait plus facile à comprendre.

Il faut apprendre à la personne à étudier la Bible livre par livre, plutôt que sujet par sujet. Dans une étude thématique, on peut facilement ignorer le contexte des passages cités dans le but de prouver un certain point. Si l’on étudie d’abord la Bible, alors une étude thématique pourra être utile plus tard.

Par-dessus tout, soyez patient ! Abandonner tout ce qu’on a appris et commencer à le remplacer par de nouvelles manières de penser prend du temps. Ce n’est pas uniquement un processus intellectuel, mais cela provoquera une tension extrême pour la foi et les émotions. Il faudra montrer un amour plus qu’ordinaire envers ceux qui effectueront cette démarche. Jésus est mort pour eux ! — Jean 3:16.